SI NOUS NE POUVONS CHANGER LE MONDE…

MARIANNE, Opus 2


 

EN COURS… Représentations les 11, 12, 13 et 14 avril 2017 / Théâtre de la Loge (Paris)

Création Collective dirigée par Emel Hollocou / Théâtre de La Loge – Avril 2017
Avec Nicolas Grosrichard, Laura Lascourrèges et Coraline Mages
Création lumière : Thibault Petit

 

Qu’est-ce qui est réel ? Sur quoi peut-on s’appuyer ? Qu’est ce qui existe ? Pourquoi est-ce que parfois, un mot, un geste, une histoire d’amour rompue en plein vol vient tout effondrer ? Moi dans ma vie, un jour, un homme m’a dit : « tout ce qu’on a vécu ensemble c’était de la fiction ». Alors la douleur a été immense et j’ai eu la sensation que cette douleur d’une intensité tellement nouvelle pour moi, proche d’une mort, n’était pas loin d’une bénédiction. Enfin je goûtais la saveur du réel, tout était tellement tangible. Douloureux mais réel. Donc joyeux. Vous me suivez ?

Enfin, ce n’était plus des mots, c’était la vie que je sentais en moi. Alors la réalité a commencé à me parler et je l’ai regardé avec admiration.

C’est le point de départ de cette création.

Se rassembler pour parler du monde autrement. Refuser le point de vue général qui affirme que tout va mal. Et si la fin du monde était une bénédiction ? Pour aller se chercher, trouver le point lumineux en soi d’où tout redémarre.

 

C’est l’histoire d’une femme qui

 

Il y a une phrase dans La Mouette de Tchekhov qui dit « il y a un passage dans Tourgueniev « Heureux celui qui par de tels nuits a un toit au-dessus de sa tête, qui a un coin chaud » Oui Tourgueniev et que Dieu vienne en aide à tout ceux qui errent sans abris » et à ce moment l’héroïne de l’histoire, Nina, se met à pleurer.

 

Quelle est mon histoire ? Quelle est votre histoire ? Quelle sera l’histoire qu’on vous racontera le 11 avril à 19h au Théâtre de la Loge à Paris ? le 12 avril à 19h ? le 13 avril à 19h ? le 14 avril à 19h ?


 

residenceimg_8241

Publicités

SI NOUS NE POUVONS CHANGER LE MONDE… CRÉATION COLLECTIVE, Opus 1

Création Collective / Théâtre de La Loge – Janvier 2016
Avec Nicolas Grosrichard, Emel Hollocou, Laura Lascourrèges et Coraline Mages
Direction artistique / regard extérieur : Mathilde Saubole
Création lumière : Thibault Petit

 

Cette création est partie d’une prise de conscience forte dans nos vies : notre capacité à choisir notre réalité. Car parfois, heureusement, sonne, aussi, l’heure des retrouvailles. Retrouvailles avec nous-mêmes, notre joie, notre espace, notre expansion.

En dépit de tous les discours sur l’état du monde et de l’homme, n’existe-t-il pas, en nous, une joie élémentaire d’être au monde qui ne souffrirait d’aucun concept ?

Ce TEMPS des retrouvailles avec nous-mêmes nous intéresse.
Aucune immédiateté dans cette histoire. Ce long chemin vers nous-mêmes est une aventure en soi. Il est fait d’étapes, de passages, de transformation, d’épreuves, de patience et d’initiation.

L’histoire

C’est l’histoire de Marius, un homme ordinaire, un homme dont on pourrait dire en le voyant : c’est un homme ordinaire. Il suit le train de la vie. Il est marié. Il a des enfants. Il a un travail. Il dîne tous les soirs en famille. Il regarde les infos. Et il mange parfois chinois. Seulement Marius, c’est un homme qui se dit aussi : « je ne sais pas mais au fond de moi je sens que je suis différent ».

Bref, Marius est un homme un peu comme tout le monde.

Un jour, pendant le repas de famille, sa femme meurt brusquement.
Pour lui tout commence là. C’est l’événement qui va déclencher une « déviation » dans sa vie. Ce que nous venons fouiller, ici, c’est la déviation.

 


 

nico-marius-2marius-au-travailmarius-coco2

J’ÉTAIS DANS MA MAISON ET J’ATTENDAIS QUE LA PLUIE VIENNE… de Jean Luc Lagarce

Mise en scène de Nicolas Grosrichard / Festival Préliminaires, Théâtre de Vanves – novembre 2014
Avec Nicolas Blandin, Emel Hollocou, Lou Joubert, Julia Leblanc Lacoste, Laura Lascourrèsges et Coraline Mages
Création lumière : Thibault Petit

 

« Ici, je voulais raconter nos échecs, nos peurs les plus profondes, celles qui nous empêchent d’agir et de nous réaliser : la peur d’oser faire des choses, la peur de quitter son berceau et ses belles habitudes, attendre d’un autre qu’il vienne sauver notre vie…

Cette pièce est un laboratoire : il nous faut expérimenter en direct l’extrême ratage, le gâchis total pour déterrer ce qu’il y a de plus vivant en nous.

Au fond, cette pièce nous parle de notre besoin d’exister.

Elle réveille en nous l’élan qu’il nous faudrait avoir pour faire, être et accomplir nos rêves. Et arrêter de parler. »

Nicolas Grosrichard

 


FESTIVAL PRÉLIMINAIRES, THÉÂTRE DE VANVES, novembre 2014

_mg_9037_mg_9040_mg_8732_mg_9025_mg_9038_mg_8763

crédit photo Martin Colombet

 


RÉSIDENCE CENTQUATRE,  octobre 2014, Paris

ai%cc%82nee-1nico-l1mere-fils1laura-rideau-noir©Nicolas Lascourrèges


RÉSIDENCE RENÉ LOYON, septembre 2014, Paris

repetition-rene-loyon2nico-b3nico-b8nico-b5©Nicolas Blandin

BRITANNICUS, d’après RACINE

Co-mise en scène de Nicolas Grosrichard & Emel Hollocou – Théâtre de La Jonquière, Paris, Novembre 2013
Avec Paul Besson, Nicolas Blandin, Claire Bluteau, Kevin Duforest, Nicolas Grosrichard, Laura Lascourrèges et Coraline Mages.
Création lumière : Thibault Petit

Le couronnement de Néron a lieu le jour de l’enterrement de Claude. Son épouse, Agrippine l’a empoisonnée. Veuve, elle pousse son fils sur le trône.

Britannicus est le fils de Claude. Frère d’adoption de Néron. Britannicus aime Junie.
Néron enlève Junie.

Histoire(s) de famille. Tout se règle en interne. Dans ce lieu intime qui échappe à la loi.
Néron « nouvel empereur » trop jeune pour régner fait simultanément connaissance avec les pleins pouvoirs et la passion.
Racine ouvre notre regard aux prémisses de ce monde.
Ici, Néron n’est pas l’instigateur du désastre mais un personnage embarqué, lui aussi, dans la tragédie.


britannicus-3britannicus-4britannicus-1britannicus-5britannicus-2britannicus-6

crédit photo Nicolas Lascourrèges